Et toujours les Forêts.. Sandrine Collette

Et-toujours-les-Forets

Résumé:

Corentin, personne n’en voulait. Ni son père envolé, ni les commères dont les rumeurs abreuvent le village, ni surtout sa mère, qui rêve de s’en débarrasser. Traîné de foyer en foyer, son enfance est une errance. Jusqu’au jour où sa mère l’abandonne à Augustine, l’une des vieilles du hameau. Au creux de la vallée des Forêts, ce territoire hostile où habite l’aïeule, une vie recommence.
À la grande ville où le propulsent ses études, Corentin plonge sans retenue dans les lumières et la fête permanente. Autour de lui, le monde brûle. La chaleur n’en finit pas d’assécher la terre. Les ruisseaux de son enfance ont tari depuis longtemps ; les arbres perdent leurs feuilles au mois de juin. Quelque chose se prépare. La nuit où tout implose, Corentin survit miraculeusement, caché au fond des catacombes. Revenu à la surface dans un univers dévasté, il est seul. Humains ou bêtes : il ne reste rien. Guidé par l’espoir insensé de retrouver la vieille Augustine, Corentin prend le long chemin des Forêts. Une quête éperdue, arrachée à ses entrailles, avec pour obsession la renaissance d’un monde désert, et la certitude que rien ne s’arrête jamais complètement.

Extrait :

« Il y eut un signe.Un après-midi que Corentin harassé marchait les yeux crochetés au sol – cela rétrécissait l’horizon, il ne voulait pas regarder trop loin, trop loin cela l’effrayait, il n’y arriverait pas – un après-midi, il y eut une lumière au bout de ses chaussures. Et ce n’était pas une erreur, pas un mirage – mais un minuscule bout d’herbe qui avait émergé de la terre morte, et dont le vert faisait presque mal aux yeux tant la couleur avait disparu du monde. Il s’accroupit pour l’observer. Elle faisait peut-être deux centimètres. Il la toucha du bout du doigt, pour être sûr…………..

7322111

 

Mon avis:

« Ce livre est un choc pour moi, un coup de cœur..
Je regarde le vert des arbres, le bleu du ciel, je contemple la nature. Je savoure:
le soleil, la pluie, le vent, une pomme, tout ce qui m’entoure…
Lisez « et toujours les forêts » de Sandrine Collette et vous comprendrez!  

Éveline 56

bises bretonnesthUT8Z1Z0R        automne-gifs-animes-1182679[1]   

 


En 2015, je découvre un paysage apocalyptique lors de l’asséchement du lac de Guerlédan, situé dans le centre Bretagne….En lisant « et toujours les forêts« ,  je me suis souvenue de cette impression de fin du monde qui m’avait saisie à la découverte de la vallée engloutie!

Guerledan-65

 

unnamed
Seule l’ombre des arbres qui s’étire sur ces vieilles pierres semblent donner de la vie dans cette vallée désertée… Pierre-Yves Nicolas 

 

www.filimages.wordpress.com


 

30 commentaires

  1. C’est vrai que tout cela fait peur, mais je pense que je vais certainement le lire. Un autre livre aussi lu dernièrement que j’ai beaucoup aimé est « Colère » de Denis Marquet sur : Des virus nouveaux frappent les populations. Les animaux deviennent agressifs. Séismes, ouragans, raz de marée se multiplient. Tout se passe comme si la nature. brutalement, s’était mise en colère…
    Hypothèse absurde ? Pas aux yeux de Mary, l’anthropologue, initiée depuis longtemps aux secrets de la spiritualité ancienne.
    Scientifiques et gouvernants s’affolent. La tragédie va crescendo. L’espèce humaine va-t-elle disparaître ? Denis Marquet signe avec ce premier roman un thrillercatastrophe d’une ampleur inouïe, qui sonne comme un ultime avertissement donné à l’homme. devenu le bourreau de sa planète.
    Bises et merci pour cet article

    Aimé par 2 personnes

  2. J’ai frissonné en lisant ton compte-rendu… tout comme celui du dernier billet de Fred (que je n’ai pas encore commenté). J’ajoute ce livre à ma liste, mais il devra attendre un peu. Et je vais sagement faire comme toi, faire de mon mieux pour profiter de l’instant présent, tant que j’ai des fleurs à admirer et des oiseaux à observer! Au fait, ils sont trois 🐿 🐿 🐿 maintenant… 😍
    Bisous, Éveline, merci !

    Aimé par 1 personne

      1. J’aime beaucoup l’idée des jardins partagés pour les habitants des villes: ils nourrissent les gens et les reconnectent à la terre. Et je ne parle pas des enfants!

        Bises pluvieuses, tout est vert ici comme chez toi 😘

        Aimé par 1 personne

    1. Je te le conseille Annie, en le lisant je me disais: « Tant qu’il y a de la vie… il y a de l’espoir »..

      Pour le lac de Guerledan, il est parfois asséché pour permettre la révision du barrage hydro-électrique. Ces vidanges permettent de redécouvrir les vestiges de l’ancienne vallée (maisons, jardinets, vergers) ainsi que les vestiges de l’exploitation du charbon de bois, des ardoisières, des écluses et déversoirs.

      Bonne semaine Annie, bises 😙

      Aimé par 1 personne

  3. Ce livre m’attire beaucoup. Mais je crains de plonger dans une atmosphère emplie d’angoisse… Je le lirai plus tard quand la vie sera moins compliquée.
    Bon dimanche. Bises (virtuelles, sans risque, mais bises quand même)

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s