Coccinelle, l’insecte du ciel bleu…

Quelle belle rencontre cet après midi, une coccinelle dormait entre deux feuilles d’une plante du jardin. J’ai réussi quelques photos de cette merveilleuse dame de l’écologie sans la déranger. Je partage avec vous cet instant de bonheur…. Eveline56

IMG_20190325_155445

 

La Coccinelle

Elle me dit : « Quelque chose
Me tourmente. » Et j’aperçus
Son cou de neige, et, dessus,
Un petit insecte rose.

J’aurais dû, — mais, sage ou fou,
À seize ans, on est farouche, —
Voir le baiser sur sa bouche
Plus que l’insecte à son cou.

On eût dit un coquillage ;
Dos rose et taché de noir.
Les fauvettes pour nous voir
Se penchaient dans le feuillage.

Sa bouche fraîche était là ;
Je me courbai sur la belle,
Et je pris la coccinelle ;
Mais le baiser s’envola.

« Fils, apprends comme on me nomme, »
Dit l’insecte du ciel bleu,
« Les bêtes sont au bon Dieu,
Mais la bêtise est à l’homme. »

Paris, mai 1830.

Victor Hugo, Les Contemplations (I), 1856

la coccinelle est “bête à bon dieu”

La légende du Xème siècle :
Un homme accusé de meurtre est condamné à avoir le coup tranché. Il proteste de son innocence en vain et le bourreau s’apprête à abattre sa hache quand il aperçoit une coccinelle posée sur le cou du condamné.
Le bourreau retire gentiment la coccinelle et attrape sa hache pour œuvrer mais la coccinelle est de retour. Le bourreau a beau insister pour la déplacer, la coccinelle revient obstinément se poser sur le cou du condamné.
A tel point que le roi voit là un miracle divin et donne sa grâce.
Quelques temps plus tard le véritable meurtrier fut découvert et la légende de la bête à bon dieu était née.

33 commentaires

  1. Coucou ma chère Éveline 💕💕. Quelle jolie poésie… Et surtout quelle belle anecdote concernant ce condamné délivré en fin de compte et sauvé par cette dame dont la robe à pois noirs sur fond rouge lui va à râvir…
    Toujours porteurs de bien jolis messages tes articles…. J’aime beaucoup….
    Je te fais de gros bisous Éveline 💕. À très bientôt 💋💋💋

    J'aime

  2. Magnifique ! Je l’appelle moi aussi « bête à Bon Dieu où Marie vole » mais je ne connaissais pas l’histoire … chez nous, depuis plusieurs années, nous avons énormément de coccinelles, elles dorment près des fenêtres et cachées dans les murs, et se réveillent au printemps. J’en ai plein la maison, je les attrape doucement et les dépose dehors sur mes rosiers, elles se régaleront de pucerons cet l’été. Je crois que les agriculteurs les ont utilisés dans les champs pour leurs cultures et elles reviennent chaque saison. Ce poème des contemplations est si joli ; mon Victor comme dirait ma fille qui l’aime particulièrement. En ce moment je commence les châtiments, je ne les avais jamais lus et dès les premiers mots il me paraît si actuel :
      « La société va sans but, sans jour, sans droit,
    Et l’envers de l’habit est devenu l’endroit. »
    Heureusement nos petites bêtes à Bon Dieu sont là, et leurs petits habits sont toujours à l’endroit !!! Gros bisous des « Maries voles » du Poitou

    J'aime

    • Quelle chance tu as Catherine 😊 toutes ces coccinelles dans le jardin….
      Victor Hugo et cette citation sur la société, c’est d’une telle réalité encore aujourd’hui. C’est le plus grand pour moi aussi notre Victor, si belle expression de ta fille « mon Victor »🤗 bisous Catherine,je nous souhaite beaucoup de « Marie Volés » autour de nous 🐞🐞🐞🐞🐞🐞🐞🌺🌺🌺🌺

      J'aime

  3. Je vais me coucher un peu moins « bête » ce soir 😄.
    La petite coccinelle a bien su choisir où se poser pour sa sieste: quel joli tableau gaiement coloré! Et Eveline toujours à l’affût pour capturer cela, merci, bisous!

    J'aime

  4. Tes photos sont magnifiques!
    La poésie de Hugo est bien belle!
    Je n’ai connu personne qui n’aimait pas les coccinelles. Elles jouissent d’une belles réputation (bienfaitrices de nos jardins), elles séduisent par leur aspect si charmant, elles ne piquent pas.
    L’été dernier, j’ai éteint ma lampe de chevet pour m’endormir; mais, j’ai entendu des petits bruits qui m’ont intriguée. J’ai rallumé, cherché ce qu’était ce bruit tout près de moi et j’ai découvert … une coccinelle.
    Je l’ai posée sur le rebord de ma fenêtre, volets entre-ouverts; elle est revenue près de moi. Je l’ai remise dehors plusieurs fois, mais elle revenait toujours. Elle a passé la nuit quelque part dans ma chambre et le lendemain matin, je l’ai déposée dans les fleurs, dehors. Je ne pense pas que j’aurais eu le même comportement avec un autre insecte… Est-ce une ‘idée toute faite’, la coccinelle envoute t-elle? Je n’ai pas de réponse…
    Merci pour ton bel article chère amie des coccinelles! Bises.

    Aimé par 1 personne

Répondre à Matatoune Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s