L’éternelle histoire….

s-l1600.jpg
François GUEHO

L’éternelle histoire

Ils avaient dit bonsoir aux femmes
En train de coucher les petits ;
Et, sur le dos mouvant des lames,
A la brune, ils étaient partis.
Ils étaient partis, à mer haute,
Pour conquérir le pain amer
Qu’il faut gagner loin de la côte,
Au péril de la haute mer.
Dans la nuit, la nuit sans étoiles,
Ils disparurent… A Dieu vat !
Le Guilvinec pleure cinq voiles,
Et cinq autres Leskiagat.
Pêle-mêle, mousses imberbes,
Patrons chenus, fiers matelots
Roulent, fauchés comme des herbes
Par le vent, ce faucheur des flots.
Oh ! la triste chanson d’automne,
Et qu’il fera froid, cet hiver,
Dans le cœur dolent des Bretonnes,
Veuves tragiques de la mer !

 Anatole LE BRAZ (1859-1926)

dezdzejkblg
François GUEHO (1881-1952)

Image à la une: « A ma dame 1904 », François GUEHO….

 » Toutes ces tempêtes éternelles aujourd’hui comme hier,

mes pensées attristées s’en vont vers ceux qui souffrent des intempéries à travers le monde et tout près de chez nous »….

Eveline56

 

 

22 réflexions sur “L’éternelle histoire….

  1. Découverte du poète et du peintre! Pour des raisons très personnelles, Guilvinec c’est aussi à jamais pour moi marqué !
    J’ai toujours pensé que l’attente d’une femme de marin , c’était presque s’habituer au deuil futur! Et, quelle grandeur de vivre ainsi avec la mort qui rôde de façon aussi prégnante !
    En Bretagne, peut-être plus qu’ailleurs et je ne sais pourquoi, c’est présent sur cette terre de vents et d’embruns.
    Merci beaucoup pour ce partage !

    J'aime

  2. merci pour ce beau partage ! « ce faucheur des flots » .. c’est magnifique ce poème d’Anatole le Braz ! Les toiles de François Guého que je découvre grâce à toi accompagne parfaitement ce texte. Belle soirée et gros bisous !

    J'aime

  3. Comme tu as raison d’y faire penser … malgré tous les instruments possibles, les tempêtes surprennent toujours … et il faut gagner sa vie en mer – dure vie
    Merci pour ton bel article – bises bretonnes et amitiés 🙂

    J'aime

      1. Je suis en pleine lecture d’un roman « Le grand marin », qu’on m’a prêté. Le style de l’auteure ne me plait pas plus que cela, mais par contre je découvre avec beaucoup d’intérêt l’univers des marins pêcheurs de l’Alaska. Alors, pour répondre au commentaire de Anne, non, leur vie n’est pas simple, sans jamais l’assurance de la gagner, et le danger est toujours présent.
        Merci pour ce poème, bisous 😘

        Aimé par 1 personne

        1. Dur métier! dernièrement sur le journal Ouest France cet article:
          À seulement 18 ans, Pierre Renaudineau est marin-pêcheur à son compte. À Saint-Nazaire, c’est lorsque la nuit tombe qu’il part avec son bateau pêcher la crevette grise. Un métier de passion, d’espoir et de déconvenue….
          J’ai pleuré en lisant l’article….
          Bisous Joelle, hâte de te lire 🙂

          Aimé par 1 personne

  4. Le petit village de marin, Gruissan, que j’habitais enfant connaissait les mêmes histoires, malheureusement.
    On a d’ailleurs une très belle chapelle « les Auzils » dédiées aux marins morts en mer.
    Bisous Eveline

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s