Pendant sept ans, « Yé yé yé » est passé chaque nuit de la semaine sur Antenne 2, indispensable marqueur de l’émission culturelle de Michel Field.
La chanson figure sur le premier album du musicien ougandais, réfugié à Paris en 1977.  Geoffrey Oryema avait quitté l’Ouganda et fui la dictature d’Amin Dada, suite à l’assassinat de son père, numéro 2 du pays…..
« Exile », sorti en 1990, édité par le réputé label Real World de Peter Gabriel, est un succès en France comme à l’étranger. Il permet de découvrir la merveilleuse voix de Geoffrey Oryema, sur des musiques qui mélangent les instruments traditionnels africains avec des instruments rock.

Un des grands musiciens africains de Paris
Geoffrey Oryema rejoint alors la cohorte de tous ses musiciens africains installés à Paris, à l’abondante créativité. Dans les années 1980-1990, Paris est la capitale mondiale de la musique africaine, avec Mory Kanté, Alpha Blondy  et le « Leonard Cohen africain » Geoffrey Oryema. Il enregistre quatre autres albums dans les années 1990 et 2000. Il se fait aussi aimer du grand public français en signant la bande-son du film « Un Indien dans la ville », aux côtés de Manu Katché et de Tonton David – il est le O du groupe KOD.

ploemeur-le-musicien-geoffrey-oryema-est-decede-a-l-age-de-6_4016812_540x270p.jpg

En 2009, par amour, il s’installe en Bretagne, à Ploemeur près de Lorient. Il y sort « From The Heart« , son dernier album, en 2012, sur le petit label indépendant La Mouche. Il y dénonce, dans un titre, les enfants-soldats. Geoffrey Oryema se produit à la fois dans de grands concerts à l’étranger et de petits concerts en Bretagne.
Il est invité à chanter à l’ONU en 2010, à New York. En 2016, il monte les marches du festival de Cannes, Sean Penn ayant choisi l’un de ses titres pour la B.O. de son film « The Last Face ». La même année, il retourne pour la première fois en Ouganda chanter.

maxresdefault

À 65 ans, c’est un homme grand, doux, aux yeux bleu clair et au sourire chaleureux qui vient de disparaître, victime d’une longue maladie. « J’essaye de voyager léger dans mes nuits pleines d’aiguilles », racontait-il dans l’une des dernières chansons qu’il a écrit. (le Télégramme)

Cet humaniste, homme de conviction,  épris de liberté, vivait dans la commune voisine de la mienne.  « Ici, j’ai trouvé la sérénité et la tranquillité pour créer. Avec, en plus, de vrais amis. Et regardez cette mer: elle me rappelle le lac Victoria!» disait-il encore récemment dans le Télégramme. Une part d’universalité s’en est allée avec lui. Nous reste sa musique, éternelle et à jamais dans nos cœurs !

Eveline56.

cropped-img_7661