Georges Perros, écrivain et poète….

perros_a_la_mediatheque.jpg

1923 – 1978

Georges Perros a vécu cinquante-quatre ans, de Paris à Douarnenez, petit port du Finistère. Il fut comédien à la Comédie française, rédacteur pour la N.R.F., lecteur pour le TNP de Jean Vilar, et surtout écrivain….

21889793
Maison de G. Perros à Douarnenez
« J’aimerais partager avec vous quelques extraits du livre « Poèmes Bleus » de Georges Perros  » …………… Eveline56

(extraits de »Poèmes bleus » de Georges Perros….ci-après )

Respire ami et songe encore à d’autres mots
Ceux-ci câlins, mots de laine
Oiseaux sous la langue
Qui disent le printemps marin
La gentillesse armoricaine
Qui tutoie l’univers entier
A ces mots :
Forêt-Fouesnant
Lannilis
Landudal
Landevennec
Saint-Guénolé
Plouhinec
Clohars-Carnoët
Rozermeur  ……….

dsc00063-3

Tes vieilles à coiffe
Qui font du vélo sous la pluie
Mais pleut-il  vraiment en Bretagne
La légende le dit, mais quoi
Le crachin c’est une rosée
Qui vient de là-haut, qui s’enroule
Autour de nos fronts fatigués
Cela nous fait du bien à l’âme
C’est à peine si la route s’en trouve humectée
Le crachin ne va pas jusqu’à terre
Il est volatil, émulsion, neige d’été
Son bruit est doux, c’est de la ouate
Dieu se fait Breton à ce bruit
Mobile et frais….

ClaudeMonet-RaininBelle-Ile.jpg
Monet

La mer est jeune, quel âge a-t-elle
Elle est ce mur horizontal
Où s’appuyer quand rien ne va
Et rien ne va plus trop souvent
Cette béquille infatigable
Qui n’en finit pas de jeter
Sa parabole au fond des sables
Dans le coeur mat d’un coquillage
On l’entend encore chanter……….

20170217_102816

Il y a un proverbe breton
Qui dit que la poésie est plus forte
Que les trois choses les plus fortes
Le mal le feu et la tempête
Et c’est bien la poésie
Qui s’est enfoncée jusqu’à la garde
Dans la gorge de la Bretagne
De la baie Saint Michel
À Locmariaquer
Mais qu’est-ce que la poésie
Le proverbe ne le dit pas……

31-wEL28YWL._SX195_

Perros1-reduc


Mise en page 1
Correspondance avec Gérard et Anne Philipe
Georges Perros

Une vie ordinaire
roman- poème

 On m’a bien dit que j’étais né
mais de si drôle de façon
je me méfie des gens qui m’aiment
sans trop pouvoir faire autrement
bref j’attends confirmation
de cet événement suspect
rien ne m’ayant encore donné
l’enviable sensation
d’être tout à fait là sur terre
plutôt que dépendant d’un ciel
qui change souvent de chemise
bien plus que moi.
N’importe allons
Je suis pour le discours humain
Je suis pour la moitié de pain
Le désespoir c’est de se taire
Et si mon langage vous pèse
quoique si léger si fuyant
rien de plus facile à votre aise
que de jeter ce livre au vent.

*


Vivre est assez bouleversant
quoique médisent nos sceptiques
De quoi demain sera-t-il fait
ô plus on va plus on le sait
car enfin le jeu perd sa mise
et les dés meurent dans nos mains
Porte de plus en plus étroite
qu’il est maigre notre destin
pour y trouver de quoi le fuir

*


J’ai force suffisante en moi
pour me lever chaque matin
le dur est de s’acclimater
à nouveau après cette halte
en luminosité lunaire
où le rêve tisse une toile
que l’on déchire dans la rue

Pas à pas ramendons filet
de notre vie imaginaire

Gallimard, 1967



20 Comments

  1. Merci de ce beau partage; j’aime particulièrement les vers sur le crachin et ceux sur la mer.
    La tempête t’a-t-elle épargnée ?

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Joëlle 😊
      plus de peur que de mal mais quelle tempête ! et chez toi ?

      Aimé par 1 personne

      1. Des branches sur les routes, quelques coupures d’électricité, mais tout va bien, merci 🙂.

        Aimé par 1 personne

        1. tant mieux… Je m’inquiétais pour mes petites filles mais pas d’activités ce jour là… gros bisous Joelle ♥

          Aimé par 1 personne

  2. Merci Eveline de partager avec nous ces beaux poèmes et ces belles photos.
    Pas trop de peur, de dégâts avec la tempête ?
    Je te souhaite une bonne journée.
    Bisous à toute la famille.

    Aimé par 1 personne

    1. Un peu de peur car c’était violent mais tout s’est bien passé pour nous…. c’est toujours un peu angoissant, comme je le racontais à Joelle, je pensais à mon petit monde… merci Carole, gros bisous

      Aimé par 1 personne

  3. Jolis poèmes, Eveline, qui se marrie bien avec ta belle région. J’ai habité dans la maison de Gérard Philippe ET en voyant ce livre cela m’a rappelé cet honneur :)))). J’espère que la tempête ne t’a pas touché Bisous

    Aimé par 1 personne

    1. merci, quel acteur Gérard Philipe! Je me souviens du livre de son épouse Anne « le temps d’un soupir » , magnifique d’émotion et de pudeur….
      pas de dégâts avec la tempête mais c’était impressionnant …… Bisou

      Aimé par 1 personne

      1. Je partage ton enthousiasme ! Bisous

        Aimé par 1 personne

  4. Merci ! C’est simplement beau, comme la Bretagne …
    Bonne soiree

    Aimé par 1 personne

  5. C’est magnifique ! les photos, les poèmes, pleins de gros bisous 🙂 😉

    Aimé par 1 personne

  6. Merci beaucoup Evelyne du partage de ces beaux poèmes et jolies images
    Passe une belle fin de semaine
    bisous

    Aimé par 1 personne

      1. Pareil pour toi, merci
        Bisous

        Aimé par 1 personne

  7. Excellent article. Merci Eveline pour le partage. J’adore. Vraiment.
    👍💗

    J'aime

  8. Bonjour,

    Bon jeudi, tout est dit ou presque sur la Bretagne dans ses vers…. Merci du partage, je le dis souvent, mais c’est vrai que dans les blogs on découvre, ou on apprend toujours quelque chose…. et c’est très enrichissant culturellement.

    Bonne journée, du soleil lumineux dans ma chère Provence, je vous en espère le même, mais !
    Amitiés.

    Aimé par 1 personne

  9. Je vous remercie ! Je n’osais pas ouvrir un blog et pourtant j’avais tant de choses à dire sur « ma Bretagne ». Mon fils m’a encouragé, il a lui même un blog culturel depuis 10 ans en juin, et depuis un an je découvre le bonheur de lire d’autres blogs et d’échanger.
    bise bretonne

    J'aime

  10. thiebault

    Bonjour, très joli site sur l’ami Perros. J’écris sur son œuvre. Pour moi l’un des 4 ou 5 écrivains majeurs du 20° siècle. Les poèmes bleus bien sûr. Et ce Ken Avo : poésie habitée ou hantée… c’est un peu la même chose en Bretagne. Bonne continuation
    christophe

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s